Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de unptigalezo : SaTuSaMer

Lôche - Episode 3 : Chez les Hicks

22 Novembre 2010 , Rédigé par Satusamer team Publié dans #SéRIE SAMER

LOCHE_affiche_S1_episode3.jpgRésumé :

Lôche, paisible village périurbain de 300 habitants à 5 km de Pâcon, se retrouve un matin mystérieusement isolé du reste du monde par un mur de brouillard. Les habitants commencent à se faire du souci. Le patelin dépend complètement de l'extérieur, travail, nourriture, eau, et surtout loisirs…sans télé, sans radio, sans journaux, comment vont-ils passer le temps…

Le maire a convoqué une réunion mais sans succès. La vie s'organise petit à petit…

 

Pierre Hicks s'était vite éclipsé de la réunion à la Mairie. Ilfallait qu'il vérifie chez lui si tout fonctionnait. En entrant, il vit que Régine s'occupait d'un pauvre patient dans la cuisine, à qui elle extrayait une molaire avec un couteau à huître tout en cajolant le p'tit dernier qui pleurait dans ses bras…Pauvre bougre…Heureusement que l'eau de vie était sur la table, ça le soulagera pensa-t-il…Il descendit quatre à quatre les escaliers de sa cave voûté…Ouf ! tout était OK, les caissons du Caméronavatar™ s'étaient automatiquement branchés sur le générateur…Il regarda les deux visages pétrifiés coincés dans les caissons :

-          Alors mes salopards ! on s'amuse bien ? Mais oui ma belle je viens te dire bonjour!

Il sortit de la ferme, traversa la cour, sans oublier au passage de balancer un énorme coup de pied au cul de sa truie aux yeux bleus GRUIKKKK! et se rendit à la grange pour inspecter les réserves d'agro-carburant laissées par Lotal…J'en ai pour une semaine tout au plus, si je gaspille pas…J'espère que ça va pas durer ce brouillard à la con…. Il pensa tout d'un coup au Docteur Vachon. Faut que j'aille le voir, si tout va bien…

 

Comme chaque matin depuis 3 ans, Patounette prenait son coup de pied au cul. Elle avait beau être habituée, elle couina pendant 5 minutes…Après avoir embuer ses magnifiques yeux bleus globuleux, elle pensa à Hercule…où était-il son amour, son commandant, son beau militaire…C'est vrai qu'en hérisson, ça le faisait moins…Et puis pour la bagatelle, c'était tintin…A chaque fois qu'il a voulu la monter elle s'est retrouver avec le fessier et les jarrets en sang…Cet enfoiré de Pao avait bien réussi son coup…Enfin, heureusement que pour la combler physiquement, y a d'autres prétendants…L'ado merdeux qui se construit son expérience sexuelle, le gros crado prétentieux à la gourmette et ses excédents de libido ou encore son Gégé qui après chaque copulation lui déclame un poème…Elle aime ça Patounette les poèmes…Après tout elle reste une femme…

 

Régine Hicks, femme de Pierre et fille de l'illustre savant Jean Caméron finissait l'extraction de la molaire d'Hubert Lacloche, le co-gérant du camping à la ferme :

-          Voilà, c'est fini, tiens c'est un vieux slip à Pierre, pour éponger le sang…

-          Hutain! La hache ! f'que fa fait mal!

-          Tu veux un coup de prune pour nettoyer ?…T'inquiètes Marie m'a filé des herbes pour calmer la douleur. Dis donc, faudra quand même te laver les dents des fois, ça aide…

-          Euh, non…fe fuis contre toute forme d'interfenftion effterne sur un éco-fyftème…Mais qu'est-fe qui foutait Pierre ?, hâta Hubert désireux de changer de sujet.

-          Oh, il était à la cave en train de bricoler avec les trucs de mon père…Je sais pas ce qu'il fout avec…je sais même pas à quoi ça sert les machines que m'a laissé mon paternel avant de disparaître…En tout cas ça fonctionne. Comme j'm'y connais un peu en mécanique, j'ai revissé un écrou par-ci par-là…Mais la finalité de ce bordel…Pfffff…Pierre à l'air d'y comprendre quelque chose…

-          Ah Fean Caméron, f'ai bien connu ton père, tu fais, un favant eftra-ordinaire…Un vour il était exfalté et…

-          Exfalté ?

-                    Oui, enfin bon enthoufiaf…enflammé, il m'a dit qu'il était fur le point de frouver une formule énerfétique réfolufionnaire. F'était un mec bien fon pfère fraiment…

-                    Merde Hubert ! T'es en train de m'inonder avec tes postillons…Enfin bon, mon père! Mon père! Il a disparu sans laisser de nouvelles, comme ça du jour au lendemain, laissant tout son barda à la maison…

-                    Bon ben Réfine, merfi, fe fais y aller, f'est l'heure de la messe. Combien fe te dois ?

-                    Rien c'est gratis, je fais ça pour le plaisir…Euh, par contre, la prochaine fois, Hubert, si ça te dérange pas, met au moins un slip. Tu fais peur au petit…

Hubert, comme tous les jours, nu comme un vers, avant de s'en aller, laissa plusieurs billets dans une soucoupe…Une larme perla furtivement au bout de son nez…Il l'aimait sa Régine…

Régine regarda Hubert et ses fesses rabougries s'en aller avec un trouble manifeste et une tendresse inexpliquée…

pierre.jpg regine.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article