Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de unptigalezo : SaTuSaMer

Lôche - Episode 6 : La Mairie

12 Décembre 2010 , Rédigé par Satusamer team Publié dans #SéRIE SAMER

LOCHE_affiche_S1_episode6.jpgRésumé :

Lôche, paisible village péri-urbain de 300 habitants à 5 km de Pâcon, se retrouve un matin mystérieusement isolé du reste du monde par un mur de brouillard. Les habitants commencent à se faire du souci. Plus d'énergie, plus de courant, plus de communications et bientôt plus à manger…

Après une messe endiablée qui a remotivé un peu les troupes, le garage à Gégé et sa station service, avec les dernières réserves d'agro-carburant, sont dynamités par un mystérieux inconnu qui a disparu…

 

La journée avait mal commencé pour Manu Palarsen. Ce matin en se levant comme tous les jours il avait récité son mantra : "mais qu'est-ce qui va me tomber sur la gueule encore aujourd'hui". On peut dire qu'il a été servi. Il s'était levé de méchante humeur, la veille il avait tardé à trouver le sommeil, à cause d'elle, Xéna la Rouquine, dont il avait la série complète chez lui.

Depuis la mort tragique de ses parents, Manu vivait seul chez sa grand-mère, Mamie Larsen. Un mode de vie austère mais dont il s'était accommodé pour les quelques espaces de liberté que lui laissait la surdité phénoménale de Mamie et sa manie de commencer ses nuits à 18h affalée et bavant dans le sofa devant la télé. Manu en profitait alors pour vaquer à des distractions plus personnelles. Il était un fan absolu de films érotiques de série Z dont il collectionnait les dvd en cachette. Il s'était même habitué aux ronflements de Mamie qui couvrait les dialogues, ce qui ne gênait pas trop la compréhension de l'intrigue. Il ne dédaignait pas aussi, de temps en temps, se secouer le prunier. C'est vrai, une fois, une seule fois, il s'était un peu servi de la main agitée de tremblements parkinsoniens de sa Mamie pour achever une séance de secouage particulièrement trépidante. Mais il n'avait jamais réédité cette chose infâme, en particulier parce que Mamie avait les mains rêches. Certaines mauvaises langues du village insinuent que Mamie Palarsen ne serait pas aussi sourde que ça et qu'elle apprécierait les exercices manuels de son petit Manu. De là à dire qu'elle était parfaitement consciente le jour où Manu expérimenta la branlette parkinsonienne, il y a un pas que la pudeur nous empêche de franchir.

Parmi la centaine de DVD qui ornait le faux plancher de sa chambre, il y avait une série qu'il chérissait plus que toutes : les aventures en 4 opus de Xéna la Rouquine, films d’héroic-fantasy avec son héroïne à gros seins dont il était complètement accroc. Avec les quelques sous mis de côté il avait même racheté anonymement les droits de la série pour en faire une production personnelle. Il cherchait sa muse qui endosserait le rôle de Xéna.

En attendant, ce matin là, il était loin de tout ça. A son arrivée devant la Mairie, il avait senti que quelque chose ne tournait pas rond. Il achevait sa 5ème clope du matin en récitant son 2ème mantra favori "qui c'est qui trinque c'est bibi".

-   Qu'est-ce que vous foutez Bordel à bite, magnez vous le cul, Palarsen!.

C'était l'accueil matinal du Maire, son patron, qui le cueillit ce matin là. Le Maire l'avait vite mis dans l'ambiance, c'était l'apocalypse et il fallait se retrousser les manches. Manu était le secrétaire administratif de la Mairie de Lôche, à ce titre le Maire lui avait confié la tâche de mettre en place l'organisation logistique du village pendant la période d'isolement.

-    Nous sommes les représentants de l'Empire dans ce village, Palarsen. Nous devons veiller à la sécurité des biens!. Et des personnes… avait répliqué Manu. Hein…euh oui des personnes, si ça vous chante…En attendant, réunissez tout le monde, faîtes un diagnostic complet de la situation, assurez-vous de ce qui reste dans la supérette, rationnez l'eau, les aliments…. Moi, je vais voir Porteflingue, il est un peu sur les nerfs…Vous me ferez un rapport toutes les heures, Allez rompez!.

Depuis ce matin, Manu n'avait pas arrêté une seconde. Il avait organisé une réunion avec les notables de la ville afin de disposer du maximum d'informations et de commencer à établir un plan d'urgence. Il ya avait là, Hubert Laclôche, en tant que conseiller municipal de l'opposition, Thierry Magouilles, le docteur Vachon, Marie la pharmacienne, son mari Rico, Pierre Hicks et même ce con de curé remplaçant qui se trimbalait avec un sexe géant sur sa chasuble. Manu ouvrit la séance :

-   Monsieur Laclôche, vous êtes dans les locaux de l'Empire ici, même en tant qu'opposant à la majorité impériale, vous pourriez mettre un slip tout de même. Bon, merci à tous d'être venus, je vous résume la situation, pour une raison inconnue à l'heure qu'il est, nous sommes totalement coupés du monde par un mur de brouillard. Plus rien ne passe, ni télécommunications, ni ondes radios. Nous n'avons plus d'eau, ni d'électricité, ni d'agro-gaz. Et la pompe à agro-carburants de Gégé vient d'exploser En attendant que nous trouvions une solution, nous devons nous organiser pour tenir. Des questions jusque là ?"

-   Ben y a les gégouts. Est-che que vous avez échayer de les chuivre et de remonter jujqu'à la chortie, demanda Rico

-   Bien ch..sûr qu'on a essayé, le coupa sèchement Manu, un peu énervé de ne pas y avoir pensé avant. Il nota brièvement en le soulignant 2 fois dans son cahier : "Voir conduites égouts".

-   Bon si pas d'autres remarques débiles, je continue. Pour nous organiser, il est nécessaire que tous contribuent à l'effort collectif. Chacun est chargé de faire l'inventaire de ses stocks et nous devrons organiser le partage de toutes les provisions. Thierry, as-tu fait un inventaire des stocks de la supérette ?

-   Ouais, et c'est pas le Pérou. Il nous reste que quelques cartons de farine ou des conserves de légumes dégueulasses.

-   Viandes ? Œufs ?

-   Plus rien, nada.

-   Quoi, mais j'y suis allé hier, le rayon boucherie était plein ? s'étonna Marie.

-   Ouais, bon ben c'est parti depuis, qu'est-ce tu veux que j'te dise.

-   Mais c'est dégueulasse, tu te sers pendant que les autres vont crever! hurla Marie.

-   Oh on se calme Mary Poppins, moi je donne à ceux qui paient. Ce matin j'ai eu un tas de commandes avec plein de fric, la supérette était pas encore réquisitionnée…"

-   Oui, mais bon t'aurais quand même pu réfléchir avant de tout donner… répliqua Manu.

-   Oh dis donc même ton patron il m'a filé sa liste, tu te fouterais pas de ma gueule Paslarsen ?

-   Putain, voilà la majorité impériale dans toute sa splendeur. Tout pour ma gueule! exultait Hubert Laclôche en se touchant les couilles.

-   T'iras en enfer Magouilles pour tes…euh..magouilles" dit Damianek.

-   Ouais, vas-y excommunies moi Jean-Paul.

-   Moi ch'ais encore ma cave pleine et ma chambre froide remplie. Priorité aux genfants de l'école, je peux leur faire à mancher tous les chours, assura Rico.

-   Ouais et puis j'ai le puits pour l'eau et quelques dizaines de poulets. On peut voir venir, rassura Pierre Hicks.

-   Merci Rico et Pierre. Au pire t'as aussi ta grosse truie ? demanda Manu.

-   Patounette ? ah non, on touche pas!

-   Tout le monde se retourna vers Thierry qui avait parlé spontanément et qui avait le rouge au front.

-    …Enfin c'est ce que dirais Pierre Hicks, non ?

-    Pierre Hicks ne put réprimer un sourire.

-    Ouais, on la garde, pour après si ça se gâte, on verra…

-    Bon voilà le problème de l'alimentaire résolu. Passons à l'énergie. Pierre, il te reste des générateurs ?

-    Non j'ai tout filé, et bientôt j'aurais plus d'agro-carburants en stock. Va falloir rationner sévère les gars.

-    Moi chais un chénérateur mais il me chert pas ch'ais le courant et le gaje au rechtaurant"

-    Ben tu pourrais me le filer pour la boîte ce soir ? demanda Thierry.

-    Et puis quoi encore connard, t'as piqué toute la viande de la supérette, tu veux pas qu'on te serve le café chaud aussi ?" répondit Marie.

-    Ouais et une pipe aussi rétorqua Thierry.

-    Tou retire cha tout de chuite hijo da putana!

-    Stop! On se calme, on verra Thierry ce que le Maire décide. Je vous rappelle que tout ce qui peut servir à la collectivité est réquisitionné par la Mairie, trancha Manu.

-    Ah ah… On voit bien ce qui peut servir la collectivité pour cette Mairie qui fraie avec les puissances de l'argent, éructa Hubert.

-    Va mettre un slip gros sale! répondit Thierry.

-    Sur le plan sanitaire, Docteur Vachon et Marie, pour les médicaments et les premiers secours, comment ça se présente ?" demanda en hâte Manu soucieux d'apaiser tout le monde.

-    C'est bon, j'ai tout ce qu'il faut. Avec tout ce que le Docteur Vachon nous fait commander en antibiotiques j'ai de quoi soigner une armée en campagne, répliqua Marie.

-    Le docteur Vachon qui s'était endormi ne broncha pas.

-    Bon ben je crois que tout est dit. Je vous donne rendez-vous demain même heure pour faire le point. Bon courage à tous.

-    Tout le monde se lève, Pierre Hicks donne un coup de pied à Vachon pour le réveiller.

-    Euh Rico, tu peux rester deux secondes…C'est quoi cette histoire de courant dans ton restaurant ?

-   Ch'est vrai, ch'ais le chus et le gage. Je chais pas comment cha che fait. Il parait que chez Betty ch'est la même choge.

-    Etrange. Merci Rico, à demain.

 

Manu fit appeler son technicien, Elas. Elas, que tout le monde appelait Pimpon depuis qu'une échelle de pompier lui était tombée sur la tête et qu'il se prenait pour Steve McQueen en colonel des pompiers dans la Tour Infernale, vivait dans un hélicoptère sans hélice qu'il avait aménagé en logement.

-    Elas, j'ai une mission de la plus haute importance à te confier. C'est une question de vie ou de mort. Tu vas descendre dans les égouts et voir si on peut aller jusqu'à la sortie. Tu as tout compris ?

-    Oh oui chef. Je pourrais mettre mon casque ?

-    Mais oui tu pourras mettre ton casque et même ta combinaison. Ça te va ?"

-    Ah ouais, super! Dites chef, j'pensais à un truc là, avec mon hélicoptère, peut-être qu'on pourrait passer au dessus du mur de brouillard ?

-    Mais y a pas d'hélice, Elas !

-    C'est là qu'est l'os! répondit Elas qui connaissait ses classiques.

 

Au même moment, le Maire Gérard Clon s'entretenait avec le policier Municipal Brice Porteflingue :

-    Alors Brice, comment ça se présente ?

-    Bien chef. Mon super täser est prêt, pas trop de remous, ces tarés ne se rendent compte de rien!

-     Ouais, ils vont avoir une bonne surprise!

-     Quand est-ce qu'on passe à l'action, chef ?

-     Le Maître nous fera signe. L'idée c'est que dès qu'il donne son feu vert, on les convoque tous à la salle des fêtes, femmes et enfants compris. Et là tac tac tac tu me les descends tous. Pas de témoin à dit le Maître.

-     J'adore ce plan, chef!

A ce moment, on toque à la porte.

- Ouais ?

Manu Palarsen passe la tête par la porte :

-          Euh patron ? Je viens de faire un point sur la situation, on s'organise pour le rationnement…

-          Ouais, bon, on s'en fout!

-          Juste vous dire, qu'il y a des trucs bizarres. Apparemment, il y a du courant chez le Polak et au Salomé de Bahia…J'arrive pas à comprendre comment…

-          Ouais ben vous me ferez un rapport un autre jour, rompez, je suis en entretien là…

Manu Paslarsen vexé referma la porte. Merde, j'ai oublié de lui parlé de la mission de Pimpon dans les égouts…Oh et puis merde, qu'il aille se faire voir se gros con…

 

manu

 brice-porteflingue.jpg

gerard-clon.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Hérisson Hérissé 15/12/2010 13:41







Satusamerteam 13/12/2010 16:27



Toutes suggestions sont les bienvenues. Merci pour vos idées.



EBN7 13/12/2010 15:37



Super cette série, Eva² ont demandé des rôles.... Et les scènes de cul elles arrivent quand ????



Manupalarsen 12/12/2010 22:54



Conseil :


T'as raison Mr M, fais gaffe, à ta place jme la jouerai un peu l'homme invisible si t'as pas envie de finir en obsédé sexuel nécrophile et adepte de la zoophilie avec les grenouilles...



Satusamer team 12/12/2010 10:59



oups ! vous l'aurez remarqué, l'article est paru aves 1 jours d'avance. Désolé mais après tout qui s'en plaindra ?


manupalarsen p't'être...